rivas-1200x1055

Antonio Rivas

Antonio Rivas Padilla est né à Istmina en Colombie, de Adriano RIVAS et Sabina PADILLA.
Il grandit dans une famille où la musique joue un rôle prépondérant. Cent pour cent autodidacte, il commence à apprendre l’accordéon diatonique à quinze ans.
Il participe en Colombie à la création des groupes Vallenatos. Il a maintes occasions de se frotter avec les grands maîtres de ce folklore tels Alejendro DURAN, Abel Antonio VILLA, Mariano PEREZ, Pablo GARCIA, Emiliano ZULETA , Alfredo GUTIERREZ, Ismael RUDAS ,Pablo LOPEZ et beaucoup d’autres musiciens.
Après avoir fait une maîtrise de Mathématiques en Colombie, il décide de s’expatrier en France préparer un doctorat en Physique des Particules ,et puis un DESS en Informatique. Il crée en 1984 le groupe Antonio y sus Vallenatos à Montpellier puis en 1987 avec le concours de Nemesio Jimenez (El Condor) il est à l’origine du groupe Novedad Vallenata à Paris. En Europe, Antonio Rivas participe à la plupart des manifestations internationales concernant l’accordéon diatonique..
Le WOMEX à Bruxelles et une invitation au Gala officiel du 50ème anniversaire de l’UNESCO à l’Hôtel de Ville de Paris ont été pour lui l’occasion d’une reconnaissance internationale. Elle a été confirmée lors de sa première tournée européenne organisée par DIACOR en 1996. Les connaisseurs parlent alors d’une « consécration »…

MAIS QU’EST-CE QUE LE « VALLENATO » ?

Cette musique prend son origine sur la côte Atlantique de la Colombie dans la région de Valle de Upar.
L’accordéon y a été amené par les européens vers la dernière décade du XIXème siècle. Les descendants des Espagnols, des Indiens et des Noirs vivant dans cette région et d’autres vivant dans la province du Chocô sur la côte Pacifique, l’ont ensuite utilisé.
C’est là qu’est né Antonio Rivas Padilla, qui explique que traditionnellement l’accordéon avait un peu le rôle du tambour du garde champêtre en Europe.
Pour faire passer un message. le joueur d’accordéon jouait pour rassembler le monde et chantait la nouvelle dont il avait fait une chanson en chemin.
Il en est toujours ainsi de sorte que les chansons parlent d’histoires vraies, souvent vécues par le musicien.

Officiellement, on distingue quatre rythmes différents :
– El Son, au rythme lent et mélancolique où es paroles sont très importantes
– El Paseo, qui équilibre plus la mélodie et les paroles
– El Merengue, de plus en plus rapide et mélodique
– La Puya qui est surtout un exercice de virtuosité.
Un cinquième rythme nommé « Tambora » est quasiment disparu.
– Les instruments de base sont l’accordéon diatonique, la guacharaca (grattoir en bambou), et la caja (tambour). Dans les orchestres actuels il y a aussi des congas, une basse électrique, des timbales, une guitare et une section vocale de trois personnes et surtout on notera la dissociation entre le chanteur et l’accordéoniste.
– Le style d’accordéon est d’une grande difficulté par le jeu de basse qui caractérise le joueur et par l’extrême virtuosité des positions de la main droite.

C’est une musique aux rythmes très complexes. qui balance très très fort !


ntonio RIVAS PADILLA was born in Istimina. Colombia, from Adriano RIVAS and Sabina PADILLA.

Music always played a preponderant place in his family. Completely self-taught, he took up the diatonic accordion at the age of fifteen.
ln Colombia, he was co-founder of several ‘vallenato’ groups and got to know many of the great masters of the genre like Alejendro DURAN, Abel Antonio VILLA, Mariano PEREZ, Pablo GARCIA, Emiliano ZULETA, Alfredo GUTIERREZ, Ismael RUDAS ,Pablo LOPEZ and many others musiciens.

He took a master’s degree in mathematics in Colombia and then came in France to prepare his PHD in High Energy Physics and then another master’s degree in Computer. In 1984. he created the group Antonio y sus Vallenatos in Montpellier, then in 1987, with Nemesio Jimenes (‘EI Condor’). He founded the group Novedad Vallenata in Paris. In Europe, Antonio Rivas takes part in most of the international events involving the diatonic accordion..

BUT WHAT IS THE ‘VALLENATO’ ?

– This music originated in the Atlantic coastal region of Colombia, around Valledupar (1).
The accordion was taken there by Europeans towards the end of the 19th century, It was then taken up by the descendants of Spaniards, Indians and Blacks living in that region, and by others living in the Chocô department, in the Pacific coastal region.
That is where Antonio Rivas Padilla was born. He explains that traditionally the accordion had a similar role to that of the rural policeman’s drum in France.

When he wanted to pass on a massage. The accordionist would play until a crowd gathered and then he would sing the news, having made it into a song as he went along. This is still the case, so the songs tell true stories, often about the musician’s own experiences…
– There are four different rhythms :

– The Son, an slow, melancholy rhythm; where the words are very important
– The Paseo, where there is a better balance between melody and words.
– The Merengue, much faster and more melodic
– The Puya, which the above all an exercise in virtuosity.
Another fifth rhythm ,named  » Tambora  » has actually allmost dissapeared.

– The basic instruments are the diatonic accordion, the guacharaca (bamboo scraper), and the caja (drum).
In modern bands, one also find congas (drums), an electric bass, timbales, guitar, and a vocal section comprising three singers; it is important to note the dissociation between the singer and the accordionist.
– The style of accordion-playing is very tricky because of the characteristic bass register, and because of the very nimble fingering that is required of the right hand.

It is a form of music with very complex rhythms and lots of swing!