Manitas De Plata

MANITAS DE PLATA

« La Légende »

Nous voulons porter hommage à Manitas avec lequel nous avons partagé prés de 20 ans de carrière commune, et qui nous a quitté le 05 Novembre 2014…

C’est en Mars 1964, au cours d’une fiesta mémorable, un soir de corrida à Arles, que Picasso s’écria, aprés avoir entendu jouer ce gitan né dans le Sud de la France, “Il vaut plus cher que moi!”, et de graver sur sa guitare un dessin qui était l’acte de baptême d’une nouvelle vedette: MANITAS DE PLATA.

Né en 1921, dans une roulotte à Sète, celui que l’état civil ne connait que sous le nom de Ricard BALIARDO fut très vite reconnu par les siens comme MANITAS DE PLATA (l’homme aux mains d’argent). Chaque année, au cours du pèlerinage gitan des Saintes Maries de la Mer, il se distinguait parmi tous les autres gitans. Mais du vivant de Django Reinhardt personne et surtout pas Ricardo Baliardo, n’aurait pu prétendre détrôner ce roi de la musique gitane.

La hiérarchie est très respectée dans le monde gitan. La place laissée vacante laissée par la mort de Django, ne fut véritablement réoccupée que dix ans plus tard lorsque Manitas de Plata accepta de jouer en public.

Un premier disque usurpateur lui valu une lettre de Jean Cocteau lui conférant le titre de créateur de sa musique. C’est une exposition de photographie à New York, de son ami Lucien Clergue, qui devait décider de sa carrière. Reconnu sur l’une des photos par un admirateur Américain, ce dernier s’acharna à le convaincre d’enregistrer des disques. Il accepta à condition que les techniciens viennent à lui. Ce qui ne fit pas peur aux Américains. Et c’est dans la chapelle d’Arles que le miracle eut lieu.

Les managers commencèrent à défiler. L’un d’eux offrit un contrat exclusif comprenant trois concerts au Carnegie Hall de New York. Mais comment expliquer à Manitas de Plata ce qu’était ce haut lieu du Show Business ?

Lorsque, enfin, ils débarquèrent à New York, ce gitan du midi n’eut même pas la joie de lire la bande qui barrait ses affiches sur la 57 ème rue “A la demande générale, 4 éme concert exceptionnel au Carnegie Hall” – il ne savait pas lire !

Ce gitan illettré, qui n’avait jamais lu une note de musique, allait conquérir le monde. Depuis ce jour, il a joué sur les cinq continents devant les plus grands de ce monde, et s’est lié d’amitié avec les plus grands noms du cinéma, du théâtre et des variétés. De 1965 à 1983 il a confié son management à son ami André Bernard et de 1984 à l’année 2000, en accord avec André, à Bernard Biglione, car rien dans sa vie ne peut se faire sans l’amitié.

A New York, il représentait l’Europe au gala annuel de l’O.N.U. célébrant la déclaration Internationale des Droits de l’Homme. A  cette occasion Salvador Dali obtenait l’autorisation exceptionnelle d’assister à la soirée: il voulait

témoigner qu’un gitan (catalan comme lui) avait fait entrer le catalan à l’O.N.U.

Lui qui dut faire la “manche” dans sa jeunesse, prend part maintenant aux grands Galas de Charité organisés dans les capitales.

Depuis 1967, Manitas de Plata parcourt le monde entouré de sa tribu ou en formation plus réduite mais ayant toujours auprès de lui sa famille, qui tantôt précède l’arrivée du grand guitariste, tantôt l’entoure de leurs guitares formant

alors un ensemble unique au monde.

Manitas de Plata n’est pas un fabricant de “tubes”. Il joue sa musique comme il respire, comme il vit. C’est parce  qu’elle est la vie même qu’on ne s’en lasse pas et qu’il reste un “Evergreen” (toujours vert) foulant les plus grandes scènes du monde, n’hésitant pas à pénétrer au coeur d’un parterre de 4 000 à 7000 spectateurs (comme à l’Albert Hall de Londres) pour jouer aux pieds d’une belle fille qu’il a reconnu de loin, d’un petit “fan” rempli d’aise, ou d’un paralytique dans sa chaise au fond de la salle.

Invité par une amie à jouer pour un prince, grand nom de la Jet Society, il gacha la soirée en refusant de jouer. Quand tout le monde fut parti, il se tourna vers elle, se mit à genoux et lui dit “maintenant je vais jouer pour toi”. Tous les soirs le public de Manitas de Plata est cette belle amie et ni Roi ni Prince ne l’empècheraient de venir au rendez-vous.

De nombreux enregistrements sont parus, et chacun est une surprise, même pour ceux qui le connaissent bien. Ce sont les plus beaux jalons d’une carrière unique en son genre car le langage universel de ses dix doigts lui a permis de

franchir toutes les frontières et de se faire comprendre tant aux USA, Nouvelle Zélande, Italie, Suède, Finlande, Bulgarie ou Israël, qu’à Singapour, Berlin, Londres ou Montréal…


photo © Lucien Clergue

Sa dernière apparition sur scène en 2010  à Nîmes

Picasso avec Manitas – photo © Lucien Clergue

avec Elisabeth Taylor
photo © Lucien Clergue

avec Richard Burton
photo © Lucien Clergue

avec Brigitte Bardot
photo © Lucien Clergue

avec Charlie Chaplin
photo © Lucien Clergue

avec Maurice Chevalier
photo © Lucien Clergue

avec El Cordobes
© Lucien Clergue

avec Juliette Gréco
photo © Lucien Clergue

avec Jeanne Moreau
photo © Lucien Clergue

avec Fernandel
photo © Lucien Clergue

avec Tino Rossi
photo © Lucien Clergue

avec Marlon Brando
photo © Lucien Clergue


avec Bernard Buffet
photo © Lucien Clergue

avec U Thant
photo © Lucien Clergue

avec Madeleine Barrault
photo © Lucien Clergue